L’évolution des prix de vente et de location de l’immobilier à Marseille

L’immobilier à Marseille subit une trajectoire mitigée en ce début d’année 2012 avec des tendances peu réjouissantes sur une majorité des secteurs de la vente de logement :

Ainsi, répondant à une augmentation de plus de 5 % des prix de vente de l’immobilier marseillais, les prix à l’achat subissent une énième baisse en 2012. Les biens immobiliers concernés sont les appartements vétustes, surtout ceux réalisés antérieurement aux années 60/70 qui peinent aujourd’hui à se vendre. Les acheteurs potentiels prennent plutôt des biens plus moderne qui sont proposés aujourd’hui à un tarif extrêmement attirant compte tenu du marché. Cependant, il semble que globalement le prix des locations progressent subrepticement (+ 1,2 %) (Quelques annonces de location d’appartements à Marseille).

Indépendamment à cette augmentation au niveau des des baux, les ventes de appartement ne semblent pas suivre le même chemin : on enregistre une déflation d’environ 7% si l’on se réfère à l’année dernière. Ceci s’explique entres autres par les limitations imposées par les organismes de crédit du moment ou il est nécessaire d’ accorder un emprunt, notamment aux jeunes couples. Face à cette baisse par rapport à tendances d’achat, les experts et les agences immobilières à Marseille sont contraintes de baisser les prix.

Investir dans une maison et un appartement à Marseille :

On identifie tout de même certains éléments d’optimisme : de ce fait, certains quartiers de Marseille sont extrêmement plus actifs que certains. C’est par exemple vrai pour les IVie et Vie arrondissements. Bien équipés et doté d’une excellente réputation en ce qui concerne les transports en commun, ils sont également réputé pour être des quartiers[des endroits protégé des incivilités (cherchez votre sélection d’offres de location T1 Marseille).

Pour ce qui est de la vente de maisons, le nombre de biens disponibles est beaucoup plus développée à l’extérieur de Marseille même que dans le centre historique de l’agglomération, alors que les annonces attrayantes sont situées à l’intérieur du XIe et au XIIe. Enfin les villas anciennes datant de 1950 construites au sein du VIIe et VIIIe arrondissement sont réputées pour se vendre à des tarifs intéressants